Début d’une petite révolution

À la suite du Congrès 2012, un important chantier a été mis en place, soit celui de revitaliser le palier local. Le comité responsable de cette revitalisation a donc travaillé pendant les quatre dernières années à trouver la façon la plus ingénieuse pour notamment améliorer l’échange d’information entre les personnes déléguées et dynamiser leur palier. Voici un résumé de leurs audacieuses propositions, lesquelles ont certes été acceptées par les délégations du SFPQ au Congrès 2016. Des changements sont-ils à venir dans votre section?

Texte de Patrick Audy, vice-président du SFPQ

Désormais, les sections pourront choisir de fonctionner selon le mode dit « revitalisé » ou de poursuivre selon le mode traditionnel appelé « classique ». Qu’est-ce dont ce mode « revitalisé »?

Le mode revitalisé est un mode plus inclusif. En effet, dans ce nouveau mode de fonctionnement, la section est gérée par un conseil de personnes déléguées, soit l’ensemble des personnes qui agissent à titre de déléguées syndicales dans une section et l’exécutif de ladite section; tous les délégués y ont droit de vote, contrairement au mode « classique » où seuls les membres de l’exécutif de la section peuvent voter.

Pour reprendre l’article 4.7 des Statuts du SFPQ, tous ces gens se réunissent maintenant au moins trois fois par année, sauf pour les sections non reliées, lesquelles se réunissent au moins une fois par année. Le conseil de délégués assume les pouvoirs, responsabilités et obligations suivants :

  1. a) participer à la mise en place de la structure d’accueil des nouveaux membres;
  2. b) évaluer les besoins de formation et d’information des personnes agissant à titre de délégués syndicaux;
  3. c) mettre en place un système efficace de transmission de l’information;
  4. d) participer à la mise en œuvre du plan d’action et de mobilisation local;
  5. e) soumettre des recommandations à l’exécutif de la section et à l’assemblée générale sur les sujets qui lui sont soumis pour consultation et sur tout autre sujet relevant de sa compétence.
  6. f) accepter, rejeter et adopter les mesures appropriées dans le cadre du processus de destitution et de suspension des personnes déléguées;
  7. g) ratifier ou invalider l’exclusion ou la suspension d’une personne membre.

Au dire des sections qui ont déjà adopté ce mode de fonctionnement, un de ses avantages tient notamment du fait que, dorénavant, il n’y a pas d’obligation pour les sections de convoquer une assemblée générale annuelle. Et pour le comité sur la revitalisation, avec ce mode de fonctionnement, la transmission d’information et d’échange est plus profitable aux personnes déléguées. Les projets pilotes qui ont été mis en place au cours des trois dernières années le démontrent d’ailleurs. Un autre avantage à ne pas négliger du mode « revitalisé » est l’augmentation notable du taux de participation des membres à leur assemblée de secteur.

D’ici décembre prochain, les membres du SFPQ devront se prononcer sur le mode de fonctionnement qu’ils souhaitent pour leur section : le mode « classique » étant la continuité de ce qui se fait depuis toujours ou le mode « revitalisé ». À ce jour, plus d’une trentaine de sections ont choisi le mode « revitalisé ». Qu’en sera-t-il pour votre section?

EN BREF

Dans le mode de fonctionnement « classique », la section est administrée par l’assemblée générale et un exécutif local élu par l’assemblée générale. Dans le mode de fonctionnement « revitalisé », c’est le conseil de section — composé de l’ensemble des personnes élues déléguées relevant de la section — qui administre la section locale et qui élit le comité exécutif