Promenons-nous dans les bois…

Au parc national d’Aiguebelle, en Abitibi, est offerte une activité permettant aux gens de mieux connaître ou de découvrir, tout simplement, le loup gris, le coyote et le renard roux. Dans la pénombre d’un sous-bois parfumé de l’automne, sauriez-vous les différencier?

Texte de Danie Blais du Service des communications

Pour répondre à ses questions, le Journal SFPQ a donné la parole Émilie Grenier, qui est technicienne en environnement et garde-parc naturaliste au parc national d’Aiguebelle, en plus d’avoir été sacrée interprète de l’année en 2014 par l’Association québécoise des interprètes du patrimoine.

JOURNAL SFPQ : Les gens craignent-ils encore le loup, comme jadis?
ÉMILIE GRENIER : Malheureusement, oui, les gens pensent qu’il est nuisible. Pourtant, il est primordial dans l’équilibre de l’écosystème. Des études le prouvent. Regardons simplement des vidéos sur la réintroduction du loup dans le parc de Yellowknife : les résultats sont saisissants. Il y a même des espèces qui sont en croissance grâce au loup; en mangeant les faibles et les malades, il maintient la bonne génétique dans les populations d’orignaux et d’autres animaux.

SFPQ : Pouvez-vous expliquer la différence entre le loup et le coyote?
É.G. : Le loup est beaucoup plus discret et vit en plein cœur de la forêt mature, tandis que le coyote est vu plus souvent près des champs, milieu ouvert. La forêt boréale n’est pas un habitat propice pour le coyote. Cependant, celui-ci s’adapte bien à la présence humaine. Le loup, quant à lui, fuit l’homme. Avant les années 50, le coyote n’existait pas au Québec : il vient des États-Unis; il est monté avec la coupe de bois et la colonisation.

SFPQ : Pourquoi également parler du renard pendant cette activité de découverte? Les gens le confondent-ils avec le loup ou le coyote?
É.G. : Non, les gens ne le confondent pas. C’est simplement pour montrer la différence entre les trois canidés présents dans le parc. Saviez-vous que le renard possédait des caractéristiques propres aux félins, comparativement au loup et au coyote? Par exemple, le renard a des pupilles en forme de grain de riz et des griffes semi-rétractiles.

SFPQ : Si vous pouviez avoir comme animal de compagnie un loup, un renard ou un coyote, lequel choisiriez-vous et pourquoi?
É.G. : Je pense que je ne choisirais aucun des trois. J’ai de la misère à concevoir que les animaux sauvages pourraient être nos animaux de compagnie. Leur caractère sauvage fait leur beauté et rend magique une rencontre avec eux!

Populations au Québec

Loups gris : estimation moyenne de 7 000 loups, répartis dans 1 509 meutes (2002), la majorité vivant dans le nord

Coyotes : environ 50 000 (2011)

Renards roux : selon les conditions du milieu, entre 5 et 40 par 100 km2

 

Sur la balance
Canis_lupus_laying2

Loup gris (mâle)

Longueur du corps : 1,4 à 1,6 m, parfois jusqu’à 1,9 m

Hauteur au garrot : 65 à 90 cm

Poids moyen : 27 à 36 kg

 

 

 

 

 

Coyote_Tule_Lake_CA-2Coyote (mâle)

Longueur du corps : 0,80 cm à 110 cm

Hauteur au garrot : 55 à 65 cm

Poids moyen : 10 à 23 kg

 

 

 

Fox_009-2


Renard roux (mâle)

Longueur du corps : 90 à 102 cm

Au garrot : 35 à 40 cm

Poids moyen : 7 kg